Nos actions > Liste des actions > Soutien à la création de TPE
print download

Soutien à 16 chômeurs créateurs de TPE en Haute-Garonne

Soutien à la création de TPE
Soutien à la création de TPE
Aide financière : 41 900 €
2013
2014
2015
2016
2017
2018
creation-tpe
Haute Garonne (31)
Occitanie

En partenariat avec France Active, le FAPE EDF soutient la création de TPE

Partenaires historiques, le FAPE EDF et France Active agissent depuis de nombreuses années pour soutenir la reprise ou la création d’entreprises par des chômeurs éloignés de l’emploi avec trois programmes :

  • Cap’jeunes (CJ) pour favoriser la création d’entreprises par des jeunes de moins de 26 ans, public particulièrement touché par le chômage.
  • Zones de revitalisation rurale (ZRR)
  • Quartiers prioritaires de la Ville (QPV)

Les associations territoriales de France Active accueillent les porteurs de projet et leur apportent conseils, financements et mise en réseau.

Le FAPE EDF attribue un coup de pouce de 2 000 € au projet de création de TPE (ZRR et CJ) et cofinance l’accompagnement réalisé par l’association territoriale France Active (500 et 750 €).

Le Fape EDF verse 1200 € à la ligne de garantie Egalité Territoires pour chaque projet de création de TPE dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV). Pour 1€ versé ce sont plus de 50 € prêtés par la banque au futur entrepreneur, le tout sans caution personnelle ! Chaque projet représente 2,3 emplois au démarrage et près de 5 emplois trois ans après.

 

Depuis 2013, 16 créateurs de TPE ont pu bénéficier de ce soutien en Haute-Garonne.

En 2018, coup de pouce à 2 chômeurs créateurs de TPE (5 500€) :

  • A Toulouse, Ilies N. crée un snack-sandwicherie : proposition de viennoiseries, sandwichs, salades, pâtisserie et boissons; soupes en hier et smoothies en été (CJ).
  • A Toulouse, Rémi J. reprend un point chaud où il proposera pizzas, paninis, wraps, salades, boissons et desserts. Il proposera aussi des smoothies et des granités en été (CJ).

 

En 2017, coup de pouce à 4 chômeurs créateurs de TPE (9 650€) :

  • A Portet-sur-Garonne, Emilie B. créer une structure dédiée à l’art autour de 3 ateliers : initiation à l’art, l’art thérapie et atelier éveil des sens pour les enfants et adultes. Elle propose une pratique libre du dessin, de la peinture, du modelage et de la gravure. Elle a pour ambition de créer un lieu multidisciplinaire favorisant la mixité et les liens intergénérationnels (CJ).
  • A Maures, Dylan O. crée une activité de noettoyage de véhicules, intérieur et extérieur (CJ).
  • A Cornebarrieu, Jérémy R. reprend un garage. En plus de la mécanique, il y aura de la vente de véhicules d’occasion (CJ).
  • A Toulouse, Mona D. souhaite créer un commerce de proximité spécialisé dans la vente de fruits et légumes biologiques et produits localement (QPV).

 

En 2016, coup de pouce à 2 chômeurs créateurs de TPE (5 250€) :

  • A Beaumont-sur-Lèze, Céline S. souhaite reprendre une activité de tabac-presse-alimentation générale (ZRR).
  • A Pibrac, Marine T. crée un entreprise de fabrication de pâtisseries et de glaces. Il s’agit d’adapter le concept américain de cake design (des gâteaux à étages, une table décorée autours d’un thème) au consommateur français (savoir-faire patissier français à base de génoises, ganaches et mousses de fruits et non de pates à sucre et de crème) (CJ).

 

En 2015, coup de pouce à 3 chômeurs créateurs de TPE (8 250€) :

  • A Roques, Gwendoline Favard crée un institut de beauté à domicile (CJ).
  • A Beaumont-sur-Lèze, Marlène Senseby reprend un salon de coiffure (CJ).
  • A Toulouse, Morgane Perot reprend un salon de beauté (CJ).

 

En 2014, coup de pouce à 4 chômeurs créateurs de TPE (10 750€) :

  • A Saint-Avenin, Sylvie D. s’installe avec son époux pour la création d’une pizzeria ambulante (ZRR).
  • A Toulouse, Morgan C. importe et commercialise une coloration pour gazon afin de reverdir le gazon. Il développe la commercialisation de pigments d’autres couleurs pour s’adapter au marché français (CJ).
  • A Toulouse, Tommy G. souhaite reprendre un salon de coiffure à Toulouse. Il a déjà travaillé dans ce salon en tant que salarié et connait la clientèle (CJ).
  • A Muret-Marquefave, Fabrice L. et Marion S. souhaitent reprendre un salon de coiffure (CJ).

 

En 2013, coup de pouce à 1 chômeur créateur de TPE (2 500€) :

  • A Lévignac, Émeraude P. reprend un commerce de fleuriste (ZRR).

Autres projets similaires